Mots-clés

,

Régulièrement, une énigme vous est proposée pour approfondir un aspect de votre programme à partir d’une image. Le premier qui trouve la réponse remporte un point bonus. 

Cette semaine, le programme des Seconde est à l’honneur avec ce mystérieux graphique qui nous montre une évolution importante de la société française entre 1960 et 2014. Mais quelle évolution ?

Copy of Saturdays in Point Bay


Bravo à Noémie ! 

Il s’agit en effet d’un graphique réalisé par l’INSEE pour représenter l’évolution de la composition du panier alimentaire des ménages français entre 1960 et 2014.

graph1

Ce graphique s’inscrit d’ailleurs dans une étude plus large sur l’évolution de la consommation alimentaire des Français durant les cinquante dernières années qui a fait l’objet d’un article du journal Le Monde publié en ligne le 26 décembre 2015.

On y trouve plusieurs informations importantes :

  • La part du budget alimentaire est passé de 34,6% en 1960 à 20.4% en 2014 : cela signifie que l’alimentation n’est plus le poste principal du budget des ménages français.
  • La consommation de viande, de fruits et de légumes diminue régulièrement… au profit du poisson, des produits sucrés et surtout des plats préparés. C’est-à-dire que nous consommons de moins en moins de produits « bruts » au profit des produits « transformés », ce qui est révélateur de la continuité de notre TRANSITION ALIMENTAIRE et de la montée en puissance d’un SYSTEME AGRO-INDUSTRIEL, voire AGRO-TERTIAIRE. Concrètement, cela signifie que notre alimentation évolue en parallèle de l’évolution de notre mode de vie :
      • La mondialisation nous permet désormais de consommer des produits (y compris alimentaires) venus de toute la planète,
      • Le développement économique de firmes multinationales telles que Nestlé ou KraftFood nous encourage à consommer toujours plus par envie et non plus seulement pour satisfaire nos besoins primaires,
      • Notre développement économique nous donne désormais les moyens de considérer l’alimentation comme un produit de consommation mondialisé comme les autres.

Mais cette évolution se fait souvent hélas au détriment de notre santé, de l’environnement et de la qualité des produits. On s’éloigne donc d’une forme de développement durable dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation.

Source

  • Simon AUFFRET, « Viande, alcool et plats préparés : ce qui a changé dans nos assiettes depuis 1960 », in LeMonde.fr, 26 décebre 2015.
  • Brigittet LAROCHETTE et Joan SANCHEZ-GONZALES, Cinquante ans de consommation alimentaire : une croissance modérée, mais de profonds changements, Insee.

Chapitres révisés