Mots-clés

, ,

Le prix Nobel de littérature 2017 a été décerné à l’écrivain britannique d’origine japonaise Kazuo Ishiguro.

Kazuo Ishiguro à Cracovie en 2005 (par Mariusz Kubik)

Né en 1954 à Nagasaki, ravagée neuf ans plus tôt par l’un des deux seuls bombardements atomiques de l’histoire, Kazuo Ishiguro part en 1960 pour le Royaume-Uni, où son grand-père géologue travaille sur les champs pétrolifères écossais.

Après des études de lettres et de philosophie à l’université du Kent, Ishiguro publie son premier roman, Lumière pâle sur les collines, en 1982. Six autres suivront, chacun d’entre eux explorant des thèmes et des décors différents, mais avec un même fil conducteur cher à Ishiguro, celui de la mémoire.

« Je suis un drogué de la mémoire », confiait-il à propos du Géant enfoui :

« Je cherche à comprendre comment les sociétés (et non plus les individus) décident d’oublier. Quand il est plus approprié pour une communauté de faire remonter les épisodes traumatiques de son histoire et quand il est préférable de les maintenir enterrés pour ne pas tomber dans la guerre civile ou la désintégration. »

Source

Gary DAGORN, « Qui sont les lauréats des prix Nobel 2017 et qu’ont-ils fait« , Le Monde, 9 octobre 2017.

Comment l’utiliser ?

Cette citation peut être mobilisée dans le cadre d’une composition ou d’une étude critique de documents sur « Les mémoires, lecture historique« .

Retrouvez d’autres citations à mobiliser dans l’article « Les citations au programme« .