Mots-clés

, , , , ,

L’article ci-dessous a été publié sur le site The Conversation, média d’information et d’analyse de l’actualité indépendant et gratuit qui publie des articles grand public écrits par des chercheurs et universitaires. 


Quels chapitres allez-vous réviser ?

Quelques éléments à retenir

  • Le premier Forum social mondial (FSM) a été organisé en 2001 à Porto Alegre au Brésil
  • Ce forum a été créé afin de faire un contrepoids altermondialiste au Forum économique mondial de Davos ancré dans une vision néolibérale de la mondialisation
  • Le slogan du FSM est « Un autre monde est possible »
  • Le prochain FSM aura lieu en mars 2018 au Salvador (Amérique centrale). L’un de ses principaux défis sera de réfléchir la relation complexe entre l’échelle locale et mondiale pour proposer une alternative à la mondialisation néolibérale.

Le Forum social mondial réinventé : la force d’une idée

File 20171115 19806 ey0x5t.png?ixlib=rb 1.1
Le Forum de Tunis, en 2015.
Habib M’henni/Wikimedia

Francine Mestrum, Université Catholique de Louvain

C’est en 2001 que le premier Forum social mondial (FSM) fut organisé à Porto Alegre, au Brésil, ville symbole du budget participatif, administrée par le Parti des Travailleurs (PT) du futur Président Lula. Il y avait alors l’espoir qu’un « autre monde » soit possible et cette croyance fut adoptée comme slogan par le Forum.

Il n’y avait pas trop de monde à cette première rencontre, mais avoir réussi en si peu de temps à rassembler près de 15 000 personnes, témoignait de l’optimisme de l’époque. Les initiateurs rassemblaient des Brésiliens du Parti des Travailleurs, des intellectuels du monde entier (tel François Houtart), des Français du Monde Diplomatique… La formule était un succès et une année plus tard, c’étaient près de 50 000 personnes qui faisaient le voyage au Brésil, avec plus de 1 000 journalistes ! Le FSM se présentait alors comme le contrepoids du Forum économique mondial de Davos et voulait offrir des alternatives à la mondialisation néolibérale.

Un « conseil international » fut créé dans la foulée pour accompagner le processus et une « charte de principes » fut rédigée avec les règles à respecter.

Parmi ces principes, relevons le fait que personne n’a le droit de parler « au nom » du FSM, les participants peuvent défendre les positions de leur organisation, seul ou avec d’autres, mais jamais en tant que Forum. Les groupes qui défendent la lutte armée ne sont pas les bienvenus. Le Forum se présente comme un « espace ouvert » – ce qui devrait être une garantie d’horizontalité (pas de hiérarchie), d’autogouvernance et de participation démocratique de toutes et tous.

À l’origine, le conseil international était un club fermé d’intellectuels qui gardaient jalousement leur petit privilège, préservaient la bonne marche des forums et discutaient de la conjoncture politique du monde. Aujourd’hui, une littérature extensive existe sur le processus des FSM. Parmi ces ouvrages, on mentionnera notamment Another World Is Possible : Popular Alternatives to Globalization and the World Social Forum, Globalizing Resistance et Alter-Globalization : Becoming Actors in the Global Age.

Au temps de la grande foule

Après trois forums très réussis, le FSM déménagea vers l’Inde, où le succès fut tout aussi grand. Mais l’édifice commença alors à montrer ses premières failles. Les anticapitalistes qui ne peuvent envisager des compromis avaient organisé leur propre forum anti-impérialiste, en parallèle avec le FSM.

Après, il y eut un forum « polycentrique », organisé simultanément à Caracas au Venezuela, à Bamako au Mali et à Karachi au Pakistan. Le forum suivant, en 2007, s’est déroulé à Nairobi, au Kenya, caractérisé par une organisation défaillante et un manque de ressources. Nous sommes ensuite retournés au Brésil, à Belém, où un forum gigantesque de près de 150 000 personnes a eu lieu en 2009. L’accent y était mis sur la région amazonienne et les peuples indigènes.

Par la suite, une fois de plus, nous avons essayé l’Afrique, à Dakar, au Sénégal, mais une fois de plus aussi, l’organisation échoua. En outre, les formules garantissant l’horizontalité et la démocratie se révélaient de moins en moins solides. À chaque réunion du conseil international – deux fois par an – une nouvelle commission, un nouveau groupe de travail ou un autre comité de liaison était nécessaire pour essayer de colmater les brèches.

Les problèmes furent résolus, mais les brèches réémergeaient et étaient chaque fois plus importantes. La gauche mondiale n’était pas beaucoup plus stable qu’aux niveaux nationaux : chamailleries, egos, philosophies divergentes…

Après le 11 septembre 2001, la croyance en la possibilité d’un « autre monde » a été sérieusement ébranlée et la crise financière de 2007-2008 l’a presque tuée. Le FSM a survécu, sans grande dynamique. Les intellectuels l’abandonnaient, car le conseil international n’était plus le lieu des grands débats politiques. La commission « stratégie » oublia que chaque stratégie doit répondre à un objectif bien précis.

Le printemps arabe constitua un nouvel espoir. Nous avons ainsi vécu un excellent forum à Tunis en 2013 et un autre en 2015.

Le Forum de Montréal en 2016 ne fut pas un forum de mouvements ou d’organisations, mais, conformément à la philosophie de beaucoup de jeunes, d’individus sans grande vision sur le monde.

Des fissures éclatent au grand jour

Les Brésiliens étaient sur le point de tout abandonner. Ils n’avaient plus envie de réunir le conseil international qui n’avait plus rien à dire, il y avait des doutes sur l’utilité du FSM. Plusieurs fois, de réels conflits ont éclaté et il fallait être expert pour comprendre ce qui se disait aux réunions, chaque déclaration étant couverte de plusieurs chapes de novlangue et de mots creux.

On a souvent dit que le FSM souffrait d’une opposition entre ONG et mouvements sociaux, comme si les ONG étaient les réformistes sans contact avec leur base et les mouvements sociaux les vrais représentants populaires. Il y a bien des ONG qui sont réellement révolutionnaires tandis que plusieurs mouvements savent comment contrôler leurs membres. Les vrais problèmes du FSM se trouvent ailleurs.

Premièrement, il n’y a jamais eu de bonne définition de « l’espace ouvert » et de « l’horizontalité ». Ces principes sont très attrayants à condition de traduire quelque chose de bien concret. Partout où des individus se réunissent, en grand ou en petit nombre, se créent des relations de pouvoir qui doivent, si possible, être démocratiquement régulées et limitées. Si « l’horizontalité » signifie que les hiérarchies réellement existantes se cachent derrière un principe creux, des problèmes de responsabilités et de transparence se poseront. Si les structures sont si complexes que personne ne sait qui doit faire quoi, des malentendus se multiplient et la confiance fera défaut. Un petit groupe au sein du conseil international a plaidé pour des structures légères, mais transparentes, mais ceux qui ont le pouvoir sans que celui-ci soit visible, refusent tout changement.

Deuxième problème, la peur des initiateurs brésiliens de toute politisation du Forum (pour mieux comprendre les origines du FSM, voir Milcíades Pena, A. et Davies, T.R., Globalisation from Above ? Corporate Social Responsibility, the Workers’ Party and the Origins of the World Social Forum). La politique fait peur. L’absurdité d’une telle attitude dans un forum qui veut « changer le monde » saute aux yeux. Néanmoins, cela constitue une opposition permanente entre la vieille garde du Forum et des participants plus jeunes et plus dynamiques au conseil international. Les premiers ne veulent plus de forums polyvalents et rêvent d’un grand nombre de forums thématiques, sur l’eau, les migrations, le nucléaire, etc. Ils continuent d’insister sur la diversité et tremblent dès qu’on parle convergence.

Un troisième problème est purement d’ordre matériel : le manque de ressources. L’organisation d’une réunion du conseil international coûte facilement 100 000 euros, sauf si chacun paie son titre de voyage. Le budget pour le FSM de Salvador, prévu en mars 2018, s’élève ainsi à 2,5 millions d’euros, un montant très modeste. Or, à l’époque où le conseil international payait les billets d’avion de ses membres, les alliances étaient faciles à faire. Maintenant que cela n’est plus possible, certains membres ne viennent plus et ceux qui restent sont plus autonomes et peuvent mettre en minorité la vieille garde. Les contraintes budgétaires, partout dans le monde, sont un frein réel au déplacement des représentants des mouvements sociaux. C’est ainsi que les derniers forums n’étaient plus réellement mondiaux. La participation des mouvements africains a fortement diminué, celle des organisations asiatiques devenue quasi nulle.

Le soutien prometteur de l’Université de Bahia

Le conseil international de Porto Alegre, en janvier 2017, a été un premier tournant. Pendant deux jours et demi, les discussions ont été calmes et sérieuses, tout le monde craignant la résurgence des clashes de Montréal en 2016, où, malgré l’existence d’un consensus, aucune condamnation du « coup » au Brésil contre Dilma Roussef ne fut possible. La dernière demi-journée, cependant, les oppositions se sont à nouveau manifestées, la vieille garde s’opposant à l’organisation d’un Forum à Salvador au printemps 2018. Un vote l’a mise en minorité.

Un élément extrêmement prometteur pour le prochain forum à Salvador est la collaboration avec l’Université fédérale de Bahia, un établissement public qui compte plus de 200 000 étudiants. Nous y avons tenu, après la réunion du conseil international, une conférence avec des activistes et des membres du corps professoral – une formule très intéressante. Pour le recteur de l’université, il est très important de construire et de renforcer des ponts entre son établissement et la société.

Il est évident que dans la période difficile que vit le Brésil actuellement, la mémoire de la dictature militaire reste présente à l’esprit. De plus, ici comme ailleurs, une lutte s’organise contre l’austérité budgétaire, notamment en matière d’éducation et de recherche.

Le collectif de Salvador a réussi à enthousiasmer des milliers d’organisations au Brésil pour le Forum, les syndicats y seront massivement présents. Le slogan sera « La résistance c’est créer, la résistance c’est transformer » (resistencia e criar, resistencia e transformar). Comme nous avons pu, dans le passé, écouter directement des hommes politiques comme Chavez, Lula, Correa et Morales, on propose désormais d’inviter Jeremy Corbyn et Bernie Sanders.

Local et mondial, main dans la main

Le FSM n’est pas le seul Forum mondial. Depuis les années 1990, un bon nombre de réseaux thématiques ont été créés et continuent de faire un excellent travail. Mais le FSM est le seul Forum transversal où ces groupes thématiques peuvent se rencontrer afin de discuter de leurs objectifs, leurs stratégies et leurs campagnes. Tous commencent à se rendre compte que la justice climatique n’est pas possible sans justice sociale, que la paix n’est pas non plus possible sans justice climatique et sans justice sociale, et que dans tous ces secteurs les médias jouent un rôle important.

Aujourd’hui, trop d’organisations et de mouvements se sont retirés au niveau local et ont oublié que le local ne s’oppose pas au mondial, bien au contraire. Ils doivent aller la main dans la main. De plus, en Europe de plus en plus de nouvelles frontières sont dressées, tandis que c’est exactement le contraire qu’il nous faut. Le FSM peut contribuer à un mouvement allant dans ce sens.

Dès lors, on ne peut qu’espérer que le Forum social mondial de Salvador, en mars 2018, sera un réel succès. Le travail intéressant qui est fait ici au niveau local ne peut gagner qu’en le mettant en rapport avec le travail local fait là-bas, à Delhi ou à Bamako. Toutes ces initiatives se renforcent et aident à combattre un système injuste et insoutenable. Si le FSM réussit à donner une voix à tous ces mouvements, à leur permettre de rechercher ce qu’ils ont en commun, tout en respectant la diversité, il aura donné un nouveau souffle au mouvement alter-globaliste.

Au Brésil, tout comme en Europe, les mouvements sociaux font face à une lutte difficile pour défendre la démocratie. Les différences sont moins importantes qu’on ne le croit souvent. En nous donnant la main, nous nous renforçons et nous pouvons gagner. Nous n’avons pas besoin de nouvelles frontières, mais nous devons construire des ponts.

The ConversationLe FSM est une idée plus forte que ceux qui l’ont créée.

Francine Mestrum, Docteure en sciences sociales, associée au Cridis, Université Catholique de Louvain

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.