Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Wooflash, Seneca, Quizlet, Quizizz, Plickers, Socrative… Vous vous demandez parfois pourquoi je multiplie les outils pour vous proposer des activités de révision et des situations de test en classe. Les éléments ci-dessous visent à répondre à vos questions, mais aussi à lister une série de conseils pour vous aider à progresser encore plus vite et facilement. 

Cet article est largement inspiré de l’interview de Francis BLONDIN, champion canadien de la mémoire, par l’association des étudiants et étudiants en physique de l’Université de Montréal (PHYSUM). 

L’effet test

Plutôt que de relire ses notes à maintes reprises, la méthode de l’effet test ‒ ou autoexamen ‒ est une forme de révision plus exigeante, mais plus efficace : on lit ses notes, on les masque et l’on tente de formuler l’information dans ses propres mots, verbalement ou par écrit.

En plus de révéler les éléments dont on se souvient le moins, l’acte de se creuser les méninges et de reformuler l’information renforce le souvenir du contenu à retenir.

Les répétitions espacées

La technique des répétitions espacées sert à mémoriser de l’information dont on souhaite se servir à plus long terme, comme apprendre des mots ou des phrases d’une nouvelle langue.

Elle consiste à réviser l’information à plusieurs reprises initialement ‒ une ou deux fois le jour même où l’on en prend connaissance ‒, puis une fois le lendemain et une fois le surlendemain, après quoi les révisions deviennent plus espacées.

Plus le temps passe, moins on a besoin de réviser. Songez au vocabulaire en français, en anglais ou dans une autre langue que vous avez intégré et qui a forgé votre aptitude à communiquer tous les jours: il est le fruit de répétitions espacées !

Les palais de la mémoire

Le palais de mémoire permet quant à lui de stocker, à très long terme, une grande quantité d’informations ordonnée en se servant de lieux connus, auxquels on associe par divers moyens les éléments nouveaux que l’on souhaite mémoriser.

Pratiquée depuis l’Antiquité, cette technique s’appelait d’ailleurs «méthode des lieux», d’où l’énumération fréquente «en premier lieu (ou dans un premier temps), en deuxième lieu…».

La première étape consiste à construire son palais de mémoire en choisissant un lieu que l’on connaît bien (un appartement, un parc, un pavillon du campus, etc.). Dans ce lieu connu, on cible différents points de repère qu’on parcourra dans un ordre qui a une logique pour soi.

Ce lieu devient ainsi un palais mental dans lequel on transforme les informations (concepts, énumérations, formules, etc.) en associations mentales.

Le principe de Pareto

Aussi appelé «principe des 80-20», ce phénomène indique que, dans certains domaines, 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes.

Si l’on transpose ce principe aux études, on peut dire que 20 % du contenu d’un cours permettra d’obtenir 80 % des résultats à un examen. Vous n’avez pas nécessairement besoin de tout retenir de vos lectures : conservez ce qui est important et ramenez le contenu à une feuille que vous pourriez apporter à l’examen: vous utiliserez ce résumé en subdivisant l’information que vous placerez dans votre palais de mémoire.»

A bientôt pour de nouveaux conseils pour continuer à améliorer vos techniques d’apprentissage !